Uso de Cookies: Las cookies nos permiten ofrecer nuestros servicios. Al utilizar nuestros servicios, aceptas el uso que hacemos de las cookies.

ACEPTAR Más información

La Bible des Peuples

Tamaño de letra: Aumentar - Reducir - Original

Josué

Introducción

La mission de Moïse s’était achevée au mont Nébo. Comme nous le voyons dans le Deutéronome, Moïse avait été appelé par Dieu pour “faire monter” le peuple, de l’esclavage d’Egypte, jusqu’aux portes de la Terre Promise. Le peuple est donc là, face à cette terre que Dieu lui donne en héritage, et c’est maintenant Josué, le premier Jésus - Josué et Jésus sont un seul et même mot en hébreu - qui va introduire le peuple dans la terre de la promesse.
UN PEUPLE D’IMMIGRANTS
Parler de peuple, c’est beaucoup dire. En fait il ne s’agit encore que de quelques clans guidés par Moïse à travers le désert, et qui se sont sans doute étoffés de nouveaux éléments rencontrés par eux au lieu saint de Qadesh-Barné. Si peu nombreux soient-ils, ces nomades confiés maintenant à Josué portent en eux une expérience d’une richesse telle qu’elle deviendra, après la rencontre avec d’autres tribus qui n’ont pas quitté la Palestine, l’héritage spirituel de tous.
Face aux Cananéens qui habitent les villes et cultivent les terres des alentours, ces nomades prennent peu à peu conscience de leur originalité et de leur identité. Celui qui s’est révélé à Moïse au Sinaï, et qui a multiplié les merveilles en faveur des fuyards d’Egypte, Yahvé-Dieu, a fait alliance avec ce peuple de nomades, avec ces tribus de bédouins. Il leur a donné sa loi, en même temps que sa promesse. Désormais ils sont le peuple qu’il s’est choisi, et lui est leur Dieu. C’est au cours de cette période de Josué et des Juges que se constituera véritablement le peuple d’Israël.
Cependant, tout comblés qu’ils soient par Yahvé, ces nomades ne peuvent s’empêcher d’admirer les Cananéens au milieu desquels ils vivent. Les historiens nous disent que cette période du deuxième millénaire avant Jésus-Christ est sans doute la plus prestigieuse période de l’histoire de la Palestine sur le plan culturel. Face aux villes cananéennes avec leurs remparts, leurs temples et leurs palais aux lambris de cèdre, décorés d’incrustations d’ivoire, le niveau de vie des nomades apparaît bien pauvre. Le contraste est le même sur le plan religieux : les Cananéens des villes multiplient célébrations, fêtes et rites sous les yeux de bédouins qui n’ont même pas de temple.
La tentation est grande, et les livres de Josué et des Juges, comme ceux de Samuel et des Rois, ne cessent de nous montrer avec quelle facilité le peuple d’Israël se laisse entraîner. Attiré par cette civilisation brillante, il délaisse du même coup ses coutumes propres et sa foi pour adopter les cultes des habitants du pays. Durant toute la période royale, les prophètes ne cesseront de rappeler au peuple les exigences de l’alliance et de la fidélité à Yahvé.
LA VERITE D’UNE CONQUETE
Un peuple séduit par la culture cananéenne, des responsables qui résistent en proclamant l’appel à la fidélité, tel est bien le conflit permanent que nous présentent les textes de la Bible concernant cette période. Le livre de Josué semble nous présenter une conquête systématique du pays menée par Josué à la tête des tribus ; mais de fait les choses ont dû se passer de façon bien différente.
Gens des villes et nomades étaient certes très différents, et l’obligation faite aux uns et aux autres de cohabiter sur une même terre, n’empêchait pas les conflits : tantôt les Cananéens avaient le dessus, tantôt les nomades. Mais peu à peu les tribus imposèrent leur loi aux anciens habitants du pays, et à l’époque de Saül, les nomades d’autrefois, devenus citadins au fur et à mesure que passaient les années, avaient pris le pouvoir dans le pays. David puis Salomon devaient confirmer cette situation.
Les minorités actives sont celles qui font l’histoire. Quand nous parlons de l’Eglise et de son impact dans le monde, il ne s’agit souvent que d’une minorité de croyants. Les groupes de prophètes qui, plusieurs siècles après Josué ont rassemblé les traditions et les documents sur la “conquête”, n'ont pas prétendu nous en donner une histoire précise et complète. Ne nous laissons pas tromper par l’aspect triomphaliste de ces récits où “tout Israël” remporte avec Josué des victoires stupéfiantes : le livre de Josué raconte de petites choses qui ont fait une grande histoire.

VOLVER