Uso de Cookies: Las cookies nos permiten ofrecer nuestros servicios. Al utilizar nuestros servicios, aceptas el uso que hacemos de las cookies.

ACEPTAR Más información

La Bible des Peuples

Tamaño de letra: Aumentar - Reducir - Original

Tobie

Introducción

Le livre de Tobie est l’un des écrits tardifs de la Bible. L’original, qui était en araméen, s’est rapidement perdu, mais il avait été traduit en grec. Le fait qu’il soit grec l’a fait écarter de la Bible juive. Voir : Les livres deutérocanoniques, p.508 du N.T.
On sait qu’au 8ème siècle avant notre ère les Israélites furent déportés en Assyrie (2R 17) et c’est dans ce cadre que l’auteur situe l’histoire de son héros. Mais si nous voulons comprendre ce livre, il sera bon de préciser à qui il s’adressait – il a dû écrire un siècle ou deux avant notre ère- et quelles étaient ses préoccupations.
Au cours des deux derniers siècles avant notre ère, les Juifs dispersés parmi les nations sont devenus beaucoup plus nombreux que ceux qui vivaient en Palestine. Même si l’on considérait comme une malchance de vivre loin de la Terre Promise, on ne s’en portait pas plus mal. Beaucoup, dans le monde juif, comme plus tard dans le monde chrétien, découvraient les bienfaits de cette nouvelle vocation : être témoins de la révélation divine dans le monde.
Les tentations, cependant, étaient nombreuses et l’avenir du judaïsme dépendait avant tout de la transmission par la famille de son identité comme peuple de Dieu. Il fallait à tout prix éviter que les Juifs se fondent avec les peuples qui les entouraient et oublient leur vocation.
L’auteur du livre de Tobie a voulu leur donner un modèle : en la personne de Tobit et des siens. La transmission de l’héritage religieux sera avant tout la responsabilité du père de famille et s’appuiera sur l’exemple d’une foi vécue dans le quotidien. Le croyant se considérera toujours comme en pays étranger et la famille restera juive. C’est en pratiquant la solidarité avec les frères de race et de religion que l’on sera fidèle à l’idéal proposé par la Loi.
Le décor dans lequel évoluent les héros du livre
Toute l’histoire est celle d’une famille exemplaire. Tobit, le père, a été déporté en 721 après la naissance de son fils, et c’est à Ninive, une des capitales d’Assyrie, qu’il va connaître les épreuves réservées aux amis de Dieu. C’est en Assyrie que son fils Tobie fait son voyage vers une autre capitale du pays, Ecbatane, en quête d’un chèque et d’une épouse.
La trame des aventures du jeune Tobie, a été empruntée à un conte populaire de l’époque, l’histoire du « mort reconnaissant ». Un homme généreux découvre un cadavre laissé sans sépulture et il l’enterre dignement. Plus tard, au cours d’un voyage, un inconnu l’approche, fait route avec lui, le délivre de divers périls et, au moment où il veut le récompenser, l’inconnu, avant de disparaître, lui fait savoir qu’il est le mort auquel il avait donné une sépulture. Le cadre de ce conte ainsi que de nombreux détails se retrouveront dans le livre de Tobie.
Le récit paraîtra vieillot en maints endroits. Il a pourtant beaucoup à dire aux croyants des pays autrefois chrétiens qui se retrouvent de plus en plus isolés. On a trop compté sur les institutions de l’Église, sur le catéchisme enseigné par le prêtre, et les parents, très souvent, ne transmettent pas la parole de Dieu. Il est certain qu’ils n’est pas en leur pouvoir de transmettre la foi à leurs enfants, car c’est un don de Dieu, mais ils doivent au moins leur donner l’exemple d’une foi vécue.

VOLVER