Uso de Cookies: Las cookies nos permiten ofrecer nuestros servicios. Al utilizar nuestros servicios, aceptas el uso que hacemos de las cookies.

ACEPTAR Más información

La Bible des Peuples

Tamaño de letra: Aumentar - Reducir - Original

L'Ancien Testament

Introducción

Dix-huit siècles avant le Christ, diverses tribus nomades quittent la Chaldée avec leurs troupeaux pour aller vivre en Egypte. Parmi ces tribus et ces clans nomades se trouvent un certain nombre de familles dont le chef est Abraham. Pour Abraham, bien insignifiant aux yeux de l’historien, cette migration forcée s’accompagnait d’une grande espérance : Dieu l’avait appelé et lui avait promis une récompense extraordinaire : “Abraham, toutes les nations seront bénies en toi.”
Lorsque Dieu se révèle aux patriarches Abraham, Isaac et Jacob, ceux-ci sont encore nomades ; ils partagent avec tous les autres nomades une religion simple, faite d’un attachement au “Dieu de leur père” et de la vénération d’un certain nombre de petites idoles familiales. Mais la rencontre du Dieu Vivant va les conduire à une prise de conscience nouvelle : Dieu garde ceux qu’il choisit. Bien des épreuves sembleront contredire la Promesse que Dieu leur a faite ; mais chaque fois Dieu interviendra en faveur de ses fidèles. Dès lors se tissera entre Dieu et les patriarches une relation privilégiée, marquée par la fidélité de Dieu à sa parole et par la confiance inébranlable de ses fidèles. A travers eux, Israël sera provoqué à contempler, tout au long de sa route, et les merveilles de Dieu pour ceux qu’il a choisis, et la foi indéfectible des pères.
Six siècles plus tard, quelques descendants des patriarches se retrouvent au désert, entraînés par Moïse vers la Terre de la Promesse. La halte de l’Horeb est décisive : c’est ici que ces clans nomades vont vivre une expérience spirituelle telle que les textes bibliques ne cesseront d’y faire référence. Dieu s’engage solennellement vis-à-vis de son peuple en même temps qu’il lui donne une Loi : c’est la règle de l’alliance avec Dieu, le code du comportement personnel et communautaire d’Israël. A la parole adressée à Abraham répond désormais celle du Sinaï. Promesse, Alliance et Salut seront les trois piliers de la Foi d’Israël, et les points forts des cinq premiers livres de l’Ancien Testament.
Avec l’entrée en Terre promise, Israël se trouve confronté à d’autres peuples, beaucoup plus avancés culturellement. Depuis plus de deux mille ans, ils ont bâti une civilisation urbaine, développé l’agriculture, établi des relations commerciales dans l’ensemble du Proche-Orient, et même au-delà. Cette civilisation brillante mais païenne sera un piège constant pour la foi d’Israël. Alors Dieu envoie à son peuple ses prophètes, ses porte-parole. David s’empare d’une petite ville cananéenne et en fait sa capitale : c’est Jérusalem. Il y introduit l’arche d’alliance, signe visible de la présence de Dieu au milieu de son peuple. A dater de ce jour, non seulement la Ville Sainte entre dans l’histoire du peuple de Dieu, mais sa vocation dépasse le temps et l’histoire puisqu’elle apparaît dans les dernières pages de l’Apocalypse comme la figure de l’Humanité définitivement réconciliée avec son Dieu. Salomon, en construisant le Temple de Jérusalem, qui deux siècles plus tard restera le seul sanctuaire légitime, donne à son peuple un point de ralliement : la “Demeure de Yahvé”.
Condamnation d’Israël pour ses infidélités sans nombre, rappel de l’inlassable miséricorde de Dieu envers Jérusalem, exigence de vérité et de sincérité dans le culte du temple, proclamation du Salut qui vient : tout cela est au cœur du message des prophètes. Lorsqu’approchent les derniers temps, la méditation d’Israël se fait plus intense. Bien des épreuves ont décapé les idées fausses, trop humaines. A travers la prière des psaumes, dans des récits édifiants ou des maximes, par des développements sur l’homme et la société, des sages entreprennent de guider Israël dans les dernières étapes de son chemin vers celui qui vient accomplir toutes choses.
Les Ecrits de Sagesse, qui constituent la troisième dernière et partie de l’Ancien Testament, peuvent apparaître comme moins cohérents que la Loi ou les Prophètes ; ils sont en fait le reflet d’un peuple bouleversé et souvent divisé : c’est le temps ou Dieu se prépare un “petit reste” au milieu d’une nation sollicitée et emportée par toutes les tentations du pouvoir, et la confusion entre royaume de ce monde et Royaume de Dieu.
Mais après tant d’expériences accumulées dans le peuple d’Israël, survient une pé riode de crise où Dieu veut les amener à surmonter les plus grands défis de la foi et de l’histoire. Et c’est alors que Jésus vient.
Ainsi l’Ancien Testament comporte 46 livres et constitue la première et la plus volumineuse des deux parties de la Bible. Il concerne la lente préparation d’Israël à l’Alliance définitive et éternelle que Dieu allait sceller avec les hommes en la personne de Jésus-Christ.
De même que les ouvrages d’une bibliothèque peuvent être classés différemment par un bibliothécaire ou par un autre, de même les 46 livres de l’A.T. ont été classés de façon différente, et cela dès les premiers siècles de l’ère chrétienne. Les éditeurs modernes de la Bible ont donc dû choisir entre les deux classifications les plus fréquentes adoptées par les anciens manuscrits : l’ordre de la Bible hébraïque, ou l’ordre de la Bible grecque (voir p. *9).
En classant parmi les “prophètes” les livres que la Bible grecque appelle “historiques”, la Bible hébraïque met en relief l’originalité de ces textes. Pour l’Ancien Testament, comme d’ailleurs pour le Nouveau, tout événement est porteur d’une parole de Dieu : on ne fait pas de l’histoire pour le plaisir de faire connaître le passé, mais pour témoigner de la fidélité de Dieu envers son peuple, pour faire connaître sa volonté, et pour préparer ainsi les hommes à accueillir la grâce de son salut. A ce titre tout récit biblique est “prophétique”.
C’est globalement l’ordre de la Bible hébraïque que nous avons adopté pour la présente édition. Nous trouverons donc pour commencer les cinq livres de l’A.T. appelés la LOI, la Torah pour les Juifs de langue hébraïque, le Pentateuque pour ceux de langue grecque. Nous y voyons Dieu à l’œuvre dans l’histoire humaine pour libérer un peuple qu’il veut faire sien. Nous voyons Dieu instruisant son peuple et donnant sens à son histoire.
Ensuite viendront les LIVRES PROPHETIQUES : Dieu intervient dans l’histoire par l’intermédiaire des prophètes auxquels il communique sa Parole et son Esprit “pour détruire et pour construire, pour arracher et pour planter”. Ces prophètes inspirés vont jouer un rôle décisif dans l’éducation de la foi d’Israël.
Viennent enfin les LIVRES SAPIENTIAUX, c’est-à-dire tout un ensemble d’ouvrages qui sous les formes les plus variées nous font communier à la prière, à la sagesse et à la morale du peuple de l’ancienne alliance. Ils nous enseignent l’art de servir Dieu dans la vie quotidienne et de devenir des personnes responsables dans la foi.

VOLVER